Floriane - 2015

Une seule rencontre a suffi, je savais que c'était toi que je voulais pour m'accompagner pendant cette grossesse, l'accouchement à venir que j'appréhendais beaucoup et les suites que j'appréhendais encore plus.

Un vrai lien s'est créé entre nous de suite et s'est renforcé au fil de ma grossesse, une confiance s'est installée, une chaleur, une présence, une amitié dont j'avais besoin, j'ai eu le sentiment de cheminer au fur et à mesure de nos rendez-vous, de pouvoir travailler sur mes peurs, mes soucis du quotidien, mes problèmes existentiels…

Et on a pu avec mon compagnon être mis en lien avec les bonnes personnes pour notre projet d'AAD grâce à toi. J'ai pu ainsi finir ma grossesse en parfaite sérénité, avec un projet de naissance bien préparé et les personnes idéales qui allaient être là le jour J.

Le jour de la naissance de ma fille restera l'un des plus incroyables de toute ma vie, il a tout réparé en moi, tout ce que je n'ai pas pu vivre avec mon fils, et maintenant, je suis différente à jamais, j'ai vécu ça comme je le souhaitais, vivre la douleur, tout ressentir, pour vraiment intégrer cellulairement la nouvelle maman que je suis devenue grâce à un accompagnement tout en douceur de la part de tous ceux qui étaient présents pour ce moment dont toi. Après la naissance je redoutais le blues et la DPP que j'ai vécus pour mon fils. Au moment où j'ai senti que le blues était là j'ai pu à nouveau compter sur toi, me rassurer, en parler tout de suite, ne rien laisser à l'intérieur de moi… Et ça a fini par s'en aller comme c'est venu au bout de quelques jours, mais je savais que je n'étais pas seule quoi qu'il arrive et ça, c'était le plus important.

J'ai du mal à trouver les mots pour décrire tout ce que je ressens après une telle aventure de vie, mais ce que je peux dire c'est que cette rencontre et tout ce chemin avec toi a changé ma vie.

Cette grossesse, non prévue et qui m'a prise au dépourvu au départ, est devenue une bénédiction et la plus belle chose qui puisse m'arriver. J'aurais envie de redevenir enceinte juste pour revivre ce cheminement et cette naissance comme je les ai vécus avec toi…

Je te l'ai déjà dit mais je te le redis, merci pour tout...

Elodie- 2017

Mon témoignage sur mon aventure avec une doula

Pour décrire ce que Vanessa m’a apporté, il faut comprendre pourquoi j’ai eu une envie de faire appel à sa bienveillance.
Alors je vais raconter en quelques lignes mon histoire.
2009 : arrêt pilule.
J’attends impatiemment de tomber enceinte, mais bébé se fait désirer. Enfin, en 2011, 2 ans pile poil après l’arrêt de ma contraception, je tombe enceinte. Nous sommes aux anges. Je suis le « parcours classique » : gyneco et basta.
Cependant, il se trouve que bébé est atteint de trisomie 13 et nous décidons avec mon compagnon, au vu des malformations et de l’espérance de vie limité du bébé (6 mois au mieux…) d’interrompre cette grossesse si ardemment attendue.
Je suis enceinte de 4 mois, et suis donc hospitalisée pour accoucher…cette expérience est un vrai cauchemar tant sur le plan psychologique que physique car je me retrouve en train d’accoucher sans aucune préparation préalable !
En sortant de l’hopital, je n’ai qu’une envie : retomber enceinte rapidement pour oublier ce bébé qui devient à mes yeux un monstre.
Malheureusement, Dame Nature joue les capricieuses et un an après, toujours pas de bébé.
Alors on part en PMA…2 ans difficiles, où à être considérée comme un utérus sur pattes, une suite de chiffres et de statistiques. Jamais le médecin ne nous demandera comment nous allons, comment nous vivons cette expérience. Heureusement nous décidons de nous faire aider par un acupuncteur, et son intervention permettra à la PMA de fonctionner.
Me voilà enceinte de nouveau.
Je reprends mon suivi classique : gynéco avec des RDV de 5 mins , clinique, préparation à la naissance « classique »…Jamais on ne m’a informée que je pouvais être suivie par une sage femme !
Je suis angoissée, j’ai peur de perdre mon bébé, surtout que celui-ci est de petite taille et de petit poids. Au point qu’à 8 mois de grossesse on me propose une amniosynthèse pour vérifier qu’il n’ait pas une trisomie 21 ! Nous refusons bien évidement (qui irait avorter à 8 mois de grossesse ?) surtout que l’échographe est plutôt rassurant : c’est un petit bébé (comme moi qui suis de petite taille !)
J’arrive enfin au terme de ma grossesse et bébé ne se décide pas, lui, à arriver.
Dernier RDV en clinique : la sage femme me fait un examen extrêmement douloureux et m’annonce que si bébé n’arrive pas dans les 2 jours, on fera un déclenchement car « c’est le protocole » (alors que tous les signaux de bébé sont au vert…)
Aucune argumentation possible, alors que suite à ma première expérience je redoutais particulièrement un déclenchement et ne souhaitais pas du tout revivre la même chose. Mais « le protocole » en décide pour nous, et puis « vous ne voudriez pas qu’il arrive quelque chose au bébé ? » . Bien sûr que non…alors nous nous plions au protocole.
D’un point de vue médical : pas grand-chose à déclarer. Bébé arrive, en parfaite santé, petit et maigrichon comme prévu (ceci dit, à 2 ans il est toujours petit et maigrichon mais vif et intelligent, comme sa mère J )
De notre point de vue….c’est autre chose. On a tout simplement pas eu l’impression de vi
vre cet événement.
Péridurale posée très rapidement, mais aucune décision dans nos mains. On a l’impression d’être de simples spectateurs, tout se joue en dehors de nous.
D’ailleurs je me souviens que mon premier sentiment, quand on me donne bébé, c’est la surprise…
Est-ce la grossesse stressante, l’accouchement pas vraiment serein, le séjour à la maternité encore moins serein, mon caractère anxieux ?
J’ai du mal à me lier avec mon enfant, l’allaitement est compliqué, bébé souffre de grosses coliques, je me sens nulle et dépassée en tant que mère.
Je reprends le travail 12 semaines après l’accouchement avec soulagement, je confie mon bébé à sa nounou qui elle sera surement plus compétente que moi…Il me faudra de long mois pour récupérer confiance en mes capacités de mère…
En parallèle à cette reprise de travail, je tombe sur un blog qui s’appelle « mon corps mon accouchement ». Ce sera le début de ma découverte de ce qu’on appelle « l’accouchement physiologique ». Je découvre avec fascination des expériences semblables, et très différentes, de la mienne. Au début avec incompréhension : « ne pas prendre la péridurale ? mais pourquoi souffrir pour rien ? elles se croient au Moyen Age celles la ou quoi ? » puis je cogite, je cogite…et je comprends. Que si j’ai eu tellement mal lors de ma dernière visite à la clinique, ne serait-ce pas car la sage femme m’aurait fait sans me le dire un décollement de membranes ? Que m’appuyer sur le ventre pour faire sortir bébé (ben oui, la péridurale étant tellement dosée que je ne pouvais même plus marcher, alors encore moins pousser…) c’est déconseillé depuis 2009…que j’etais une femme libre avant d’être une « patiente » et qu’on devrait me demander mon autorisation avant d’effectuer des actes médicaux, et qu’on ne peut pas m’obliger à rester à la clinique si je ne le veux pas…
Bref, un monde de perspectives s’ouvre devant moi !
Et je décide, pour mon prochain bébé, que ça ne se passera pas comme pour le premier.
Mars 2016 : un bébé surprise s’installe dans mon bidon !! Au début, la surprise est plutôt désagréable : oui nous voulions un deuxième bébé mais là, c’est pas le moment : fiston n’a que 15 mois, il a encore beaucoup besoin de moi, et puis au niveau boulot, je viens de prendre des responsabilités, et puis, on commençait tout juste à s’apprivoiser et à se remettre des nuits sans sommeil….
Mais bon, on ne va pas ergoter sur une question de planning ! On s’adaptera. Et je prends contact avec la sage femme qui m’avait suivi en sortie de maternité pour fiston.
J’ai reçu pour Noel une tablette tactile et du coup, je me suis inscrite pour la première fois de ma vie sur FB. Comme je ne sais pas trop quoi y faire, je recherche mon blog préféré « mon corps mon accouchement ». Et de fil en aiguille, je tombe sur la page de Vanessa Naitre en couleurs. Sur un coup de tête, je la contacte !
Elle me réponds rapidement et nous fixons un RDV.
Et là, première surprise, elle réussit à faire parler mon homme J
Et je découvre que, lui aussi, s’est senti déposséder de ce premier accouchement…il faut dire que nous n’en avions jamais parlé…comme si, le fait que bébé soit arrivé en bonne santé oblitérait tout le reste.
On p
arle, on parle, on parle…on lui dit ce qu’on veut (on sait pas trop), et ce qu’on ne veut pas (aller dans la même clinique, rester dans la clinique pendant 3 jours, souffrir…).
Elle écoute, toujours bienveillante. Elle pose de bonnes questions. Elle me parle pour la première fois des maisons de naissance.
Et elle repart, en me laissant un stock de livres et mille questions en tête.
Je lis, je réfléchis.
Je ne me prends pas la tête avec la grossesse : c’est un bébé surprise ! si il arrive, tant mieux…sinon tant pis !
Une fois la première échographie passée, et le risque de trisomie 13 écarté, je commence à me dire que ce petit va vraiment arriver….
Vanessa m’invite à un pique nique sur l’accouchement physiologique, j’en apprends plus sur les maisons de naissance et me donne envie de participer aussi à cette aventure. Mon conjoint est au départ assez réticent, il a peur que je souffre, peur qu’en cas de pépin, le bébé ne puisse pas être secouru. Grâce aux livres prêtés par Vanessa, je lui explique le but de la douleur, que si nous voulons être acteur il faut assumer et lui explique le fonctionnement des maisons de naissance.
Je prends contact avec une des sages femmes de la maison de naissance qui fera le suivi pré et post-partum et qui sera là pour accueillir notre bébé à sa naissance. Elle répond à toutes les questions de mon chéri, et le rassure.
Elle nous parle de notre responsabilité et de la liberté de choix que nous devons exercer. Nous sommes comblés !
En parallèle je commence à réfléchir à l’organisation pour l’arrivée de bébé 2.
Je veux prendre le temps de connaitre mon bébé et donc reprendre à temps partiel mon activité, mais je ne comprends rien aux aides proposées par la CAF et le mail de demande d’explication que j’ai envoyé est resté sans réponse.
Heureusement Vanessa est là J Elle me donne un contact, j’écris en direct à la dame, et j’ai un RDV à domicile pour avoir toutes les explications que je désire !!
Les semaines passent. Nous avons prévu que Vanessa nous accompagne (si c’est possible) pour l’accouchement en maison de naissance, j’ai prévenu les sages femmes qui sont bien sûr ouvertes à cette possibilité.
Je m’arrête plus tôt que prévu, je suis très fatiguée avec le travail et fiston. J’en profite pour me reposer et je m’ouvre à Vanessa d’un sujet qui me taraude : faire le deuil du bébé perdu en 2011. Avec mes lectures j’ai compris que l’accouchement c’était dans la tête, et qu’il ne fallait pas se bloquer sur des événéments antérieurs. Je souhaite donc aller voir les photos de ce bébé disparu, photos que je n’avais jamais vues, pas plus que je n’avais voulu voir le bébé. Mon conjoint ne souhaite pas m’accompagner. Ce sera donc ma doula préférée qui sera à mes côtés pour vivre cette expérience…nous discutons avec la psychologue de l’hopital, je pleure, je pleure, je vide ma tristesse et ma douleur. Je vois les photos : « mais c’est un bébé normal !! » C’est un choc, une révélation. Je m’etais toujours imaginé un monstre, alors que non, c’est juste un tout petit bébé…Repose en paix, pauvre ange…Vanessa me donne une fleur, en souvenir et signe de deuil. Je la garderai longtemps, et une fois fanée, je l’ai enterrée dans le jardin.
J’ai l’impression qu’un poids vient d’être ôté de mes épaules. J’ai re-vécu ces événements et je réalise leur grande violence. Je comprends pourquoi j’ai peur, peur d’avoir mal, peur de revivre tout cela.
La page est enfin tournée. Je me sens libre d’accueillir le bébé !
Je continue mes lectures, je tache de me préparer à la naissance. Dans les livres, on parle beaucoup de l’importance du lâcher prise et du rôle du papa. Je doute de moi (le lâcher prise, c’est pas mon fort) et je sais que je peux me montrer très pudique vis-à-vis de mon compagnon.
J’appelle une nouvelle fois Vanessa à la rescousse. Elle me rassure et surtout me propose une séance de visualisation de l’accouchement.
J’en ressors détendue et apaisée…
Quelques jours après, bébé s’annonce ! les premières contractions me réveillent vers 4h, mais elles ne sont pas tellement douloureuses, alors je me rendors. Vers 6h, elles sont toujours là, toutes les 5 à 10 min, mais sans être aussi douloureuses que pour mes premiers accouchements. Alors je ne m’affole pas, on choisit le prénom avec papa et puis je vais prendre une douche et 2 spasfons.
Les contractions ne cèdent pas. On appelle notre sage femme, elle nous dit de partir pour la maison de naissance d’ici 15 à 30 mins.
Quelques minutes après, la poche des eaux cède, et j’ai envie de pousser. Il n’est plus question d’aller nulle part. Je m’agrippe à mon chéri, mon roc. Il ne faut pas qu’il sorte de mon champ de vision, j’ai besoin de sa main dans la mienne, de sa voix qui me réconforte et me calme.
La sage femme arrive 30 mins après, bébé est toujours bloqué dans le bassin. Elle essaie de m’aider à pousser mais sans succès, alors elle me dit qu’il faut me lever pour aller à la maison de naissance car sans monito elle a peur pour le bébé. Chéri sort chercher la voiture, ma mère m’agrippe sous les épaules pour me relever du ballon où j’etais agenouillée. Et là, à moitié accoupie, je crie « Ca brule ca brule !! », la sage femme, sans gant et en manteau, attrape bébé qui arrive !
Un beau bébé de 4,18 kgs (on le saura plus tard !), un beau garçon !!
Commentaire de chéri qui revient, et commence à éponger le sang : « heureusement qu’on n’a pas pris la voiture ! »
La sage femme me recout à la lueur d’une lampe de poche tenue par ma mère. Je ne sens quasi rien, je fixe mon bébé, sa bouille de bébé lune toute ronde et déjà souriante.
Je suis tétanisée par l’effort, j’ai faim, je suis heureuse. On m’apporte une tasse de thé et des tartines que je dévore dans mon lit.
Bébé tète goulument, et puis s’endort, serré contre moi.
Et on a oublié d’appeler Vanessa J
Quelques jours après, j’ai des difficultés avec l’allaitement : bébé prends mal le sein gauche, j’ai peur d’avoir des crevasses. Je vais voir une conseillère en lactation, qui me démoralise plutôt qu’autre chose…j’en parle à Vanessa : « mais je peux t’aider là aussi ! »
Alors, on se voit, deux fois, pour aider bébé. Et moi, surtout moi J Elle m’écoute, doucement, de façon bienveillante. Elle me montre les gestes. Me donne des conseils car j’ai un Reflexe d’Ejection Fort (REF). Et surtout, je reprends confiance en moi !
Elle me prends RDV chez une osthéopathe qui s’aperçoit que bébé est bloqué à gauche, ce qui explique ses difficultés.
Et depuis, je vis une superbe histoire d’allaitement…La maternité pour mon second fils a été instantanée, fusionnelle. Bébé est
très calme, très patient, et son visage rond semble toujours sourire. D’ailleurs maintenant qu’il sait sourire, il sourit tout le temps. C’est mon bébé bonheur J
La dernière fois que j’ai vu ma doula c’était pour mon fils ainé. Perturbé par l’arrivée du bébé et ses propres apprentissages, il se réveillait trop tôt, beaucoup trop tôt…et nous réveillait en hurlant vers 5h du matin. J’avais atteint mes limites de patience, fatiguée par les réveils nocturnes du bébé et le réveil aux aurores du fiston. J’en étais arrivé à hurler sur mon fils…à bout de patience et de solution. Et frustrée car je ne voulais pas réagir ainsi avec mon fils ainé !
Heureusement, Vanessa était là. Elle m’a déculpabilisée, m’a écoutée et m’a donné des tas de conseils pour surmonter ce problème. Elle m’a prêté des livres d’éducation positive, et j’ai beaucoup appris. Nous avons fini par trouver des solutions pour que fiston se réveille tôt mais pas avant 6h J Du coup, étant moins fatiguée et lui aussi, les relations se sont apaisées.

Merci Vanessa, merci du fond du cœur !
Grace à toi, j’ai vécu une grossesse paisible, j’ai fait le deuil que je trainais depuis 5 ans, j’ai vécu mon accouchement comme je le désirais, j’ai réussi à allaiter mon bébé et j’ai réussi à ne pas me couper de mon fils ainé.
J’ai aussi beaucoup appris sur moi, sur mon chéri, sur nous.
Nous avons ensemble vécu une aventure qui je pense nous a rapproché (et c’était mon objectif premier…).
J’ai aussi appris que parfois la douleur est nécessaire pour grandir et pour nous connaître. La supprimer, c’est plus néfaste qu’autre chose…

Anaïs - 2014

Nous nous sommes rencontrées via un réseau social lorsque nous avons appris l'anomalie chromosomique de notre petit garçon, à la fin du premier trimestre de grossesse. Je demandais de l'aide et tes mots, tes conseils ont été exactement ce dont j'avais besoin.
Tu as été très présente, empathique, pleine de douceur. Tu m'as aidé à traverser ce moment douloureux, tu m'as conseillé sur les méthodes de relaxation et d'hypnose (j'en avais besoin, tu as su le voir!), tu m'as aidé à comprendre ce que je souhaiterais pour le jour de l'accouchement (IMG), que je voulais le plus naturel possible malgré les circonstances et à tout mettre en place pour nous aider à faire notre deuil sans regret. Tout ça dans la bienveillance, la générosité et sans jugement.

Les conseils que tu m'as donné m'ont ensuite accompagnée pour ma grossesse suivante (nous avons eu ensuite la chance d'avoir une petite fille), à l'accouchement et encore aujourd'hui.
J'étais très malade pendant les 4 premiers mois, tu m'as fourni exactement ce dont j'avais besoin au bon moment pour pouvoir lâcher prise, dormir, me détendre....
Pour tout ça, un grand merci Vanessa !

Cécile- 2013

Vanessa, doulamie, ange gardien. J'ai rencontré Vanessa à une tente rouge où elle observait en collaboration avec une autre doula, au début de sa formation. Une tente rouge, c'est un endroit sûr, sans jugement où l'on peut discuter entre femmes, avec la garantie de la sécurité affective et de la confidentialité. C'est un endroit où on s'ouvre, où on partage ses joies, ses peines, où on se décharge de ce qu'on ne peut dire à personne. Vanessa m'a immédiatement touchée par sa personnalité et son histoire. Bien qu'elle n'était pas encore doula certifiée, je savais que si j'embauchais une doula, ça serait elle. Vanessa a été présente et à l'écoute dés que je l'ai contactée. Elle nous a accompagné en tant que famille et moi, plus particulièrement sur tout le chemin de la grossesse. Elle nous aidé à communiqué en couple lorsque c'était difficile, avec des outils appropriés, sans jamais prendre position et avec un respect profond. Ensemble, nous avons défini son rôle jour j, et les jours suivants. Nous avons convenu qu'elle s'occuperait de mon fils pendant l'accouchement (à domicile, avec une sage-femme) et serait un peu l'ange de la maison pour cette période : thé, eau, nourriture. Elle avait aussi pour mission, quand cela serait possible, de prendre des photos discrètement pour immortaliser cet événement si exceptionnel. Je l'ai appelée dés le début du travail et ses conseils au téléphone, avant de pouvoir être sur place, m'ont été d'une utilité considérable. Après l'accouchement, elle a remis toute la maison en ordre, avec une présence rassurante, positive et discrète. Si c'était à refaire, ou à faire à nouveau, je ne voudrais pas d'autre doula que Vanessa.

 

Témoignages de Sophie, Mélanie, Tilila à venir prochainement...

2 place de l'église             01800     Saint-Maurice de Gourdans             

3 rue du Ban thévenin    01800    Meximieux

vanessadoula01@gmail.com                                                        06.87.13.72.80